Près de deux ans après la réforme de la formation professionnelle, où en sommes-nous ? Laurent Ouvrard, dirigeant de H3O Conseil et Formation, pointe les vertus et les limites du nouveau dispositif et donne les clés pour réussir la transition.

Depuis le 1er janvier 2015, la formation professionnelle est entrée dans une nouvelle ère. La réforme a modifié profondément le fonctionnement qui perdurait depuis 1971. Un changement de système, de mode de pensée, qui bien évidemment ne se fait pas du jour au lendemain.

Près de deux ans après l’entrée en vigueur de la réforme, nous pouvons ainsi constater que les entreprises ne se sont pas encore tout à fait approprié le nouveau cadre de la formation professionnelle. Le compte personnel de formation (CPF) – qui remplace le DIF – a un potentiel indéniable, et en août 2016 plus de 3,3 millions de Français avaient activé leur compte, mais le pourcentage de dossiers validés est assez faible. On sent cependant une vraie montée en puissance.

Responsabiliser les entreprises

La réforme avait comme premier objectif de responsabiliser les entreprises, notamment en leur demandant de jouer un rôle majeur dans l’accompagnement de leurs salariés sur la formation tout au long de leur vie professionnelle. Forcément, beaucoup d’entreprises sont un peu perdues. Certaines se sont réveillées courant 2016, passant en “mode panique”, alors qu’il est au contraire essentiel d’envisager la formation sur le temps long, sur un rythme pluriannuel.

Les entreprises doivent désormais recevoir chaque salarié en entretien professionnel au moins une fois tous les deux ans. Certaines ont choisi de l’adosser à l’entretien annuel individuel, mais d’autres l’ont inscrit dans un dispositif plus large de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Cette démarche est préférable, car elle permet de faire prendre conscience aux salariés que leurs métiers évoluent et qu’ils doivent s’inscrire sur le long terme, en privilégiant des formations certifiantes.

Priorité aux formations certifiantes

La réforme favorise les formations qui donnent accès à des certifications : diplôme de l’Éducation nationale mais aussi titre professionnel ou CQP (certificat de qualification professionnelle). H3O Conseil et Formation est habilitée depuis de nombreuses années à proposer des formations certifiantes, mais nous avons constaté une vraie explosion de la demande sur les deux dernières années.

Nous remarquons aussi que l’offre évolue, et que des formations plus classiques sont adaptées pour devenir des formations certifiantes. Désormais, certaines entreprises s’appuient donc sur des prestataires pour les aider à concevoir leur plan de formation, mais surtout pour faire rendre compatibles les formations pressenties avec les financements associés.

L’approche d’H3O

L’offre d’ H3O Conseil et Formation a été pensée pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises. D’abord en mettant notre expertise à leur disposition pour les conseiller sur les plans de formation ainsi que sur l’ingénierie financière, particulièrement complexe pendant cette période de transition.

Nous proposons des formations certifiantes mais assez courtes, animées par des consultants spécialistes des formations très intensives. Cela permet par exemple de certifier une compétence professionnelle avec l’obtention d’un diplôme de niveau Bac +2 à travers une formation condensée en 20 jours hors examen et étalée sur sept mois : négociateur technico-commercial, assistant commercial, manager d’univers marchand…

Nous mettons aussi en place des formations sur-mesure, notamment pour des CQP de branches professionnelles, et de la “formation développement” qui permet de répondre à des problématiques concrètes sur un à trois jours de formation intensive. Ce format, très efficace, permet un retour sur investissement rapide.

Les clés pour passer le cap

La formation professionnelle connaît une vraie évolution, voire une révolution. Il s’agit d’une opportunité pour les entreprises, les salariés et les acteurs de la formation, mais il faut vite prendre le train en marche et faire preuve de créativité.

Chez H3O Conseil et Formation, nous privilégions ainsi les parcours pédagogiques mixtes (blended learning) et la pédagogie inversée. Le principe est d’associer des temps individuels, permettant d’accompagner au plus près chaque salarié et de lui transmettre une partie des savoirs en amont des formations, et des séances collectives dédiées au partage et aux mises en situation. Pour cela, nous utilisons notamment le théâtre, avec des consultants/acteurs qui jouent le rôle d’un client ou d’un collaborateur lors d’un entretien professionnel.

Les nouvelles technologies jouent également un rôle majeur dans la mue de la formation professionnelle. Elles permettent de gagner en efficacité, d’aller plus loin, d’individualiser le suivi ou encore de favoriser l’interactivité. Nous utilisons par exemple les solutions de la startup rennaise Klaxoon pour compléter les formations à distance ou dynamiser les temps collectifs.

Mais, finalement, quels que soient les outils, l’essentiel est bien de considérer les hommes et les femmes comme la principale richesse de l’entreprise : la formation des collaborateurs, facteur de compétences et de bien-être, est le meilleur investissement sur l’avenir.

Propos recueillis par Thibaut Angelvy, Rue Prémion.